Un artiste passe une année dans les bois à créer des sculptures mystér – nina and the universe

Un artiste passe une année dans les bois à créer des sculptures mystérieuses

Dans un acte extraordinaire de dévotion à son art, l'artiste sculpteur Spencer Byles a passé un an à créer de belles sculptures à partir de matériaux naturels et trouvés à travers les forêts non gérées de La Colle Sur Loup (où il vivait avec sa famille), Villeneuve Loubet et Mougins. Il a travaillé avec des éléments de son environnement naturel pour créer des œuvres d'art qui se fondent parfaitement avec l'environnement.

Le projet de Byles est intentionnellement secret - la seule façon de voir ces travaux à court terme de ses photos est d'aller dans les bois et de les trouver vous-même. J'imagine que tomber sur une structure aussi fantastique de manière inattendue dans les bois sera certainement une surprise magique mêlée d'une pounte d'intrigue.

L'une des plus belles prouesses de son travail est sa nature et son modelage temporaire. Les pièces n'étaient pas destinées à durer, et chaque sculpture sera finalement récupérée par l'environnement naturel et c'est cela qui a aidé Byles à la façonner. Ce cercle complet donne aux pièces organiques une puissante touche poétique et philosophique.

Faites défiler vers le bas pour les réponses de Spencer Byles aux questions posées sur son travail!

Plus d'informations: frenchforestsculptures.blogspot.fr

«J'avais fait des sculptures avec des matériaux trouvés dans les forêts à différents moments pendant 10 ans», a déclaré Spencer Byles. «Je sentais que je devais me concentrer sur un seul et grand projet et produire des photographies de bonne qualité de chaque sculpture»

«Je préfère ne pas partager mes réflexions sur ce que chaque sculpture représente pour moi. Ils n'ont pas de noms non plus. C'est au spectateur de voir ce qu'il pourrait ressentir ou voir "

«Je n'ai vraiment éprouvé aucune [difficulté]. C'est un rêve. Il y a des irritants comme les moustiques et la chaleur en juillet et août où là; je ralentis. Les hivers sont doux et je construis de nombreux abris à baldaquin dans de nombreux endroits pour me protéger des fortes pluies. Mais cela fait partie de l'expérience »

«Les cinq sens sont renforcés lorsque vous êtes dans une forêt pendant une longue période. Je n'apporte rien dans la forêt. Juste quelques outils à main »

«J'ai obtenu l'autorisation de travailler dans une forêt sauvage au-dessus du village où j'habite. J'ai passé trois mois à préparer le projet et j'ai localisé plus de 20 sites spécifiques qui avaient des caractéristiques uniques ainsi qu'une abondance de matériaux avec lesquels pouvoir construire mon travail"

«Je suis parti sans plan particulier et je ne m'attendais pas à la façon dont il pourrait évoluer. J'ai répondu à l'appel de différentes manières à chaque emplacement et j'ai travaillé sur au moins 20 sculptures à la fois. J'ai travaillé spontanément sans aucun dessin ni projet planifié »

«Dans la forêt de La Colle Sur Loup, j'ai trouvé de nombreux matériaux cachés, souvent seulement sous une fine couche de terre. Des ballots de fils et de vieilles cordes qui y avaient été enterrés de producteurs de fleurs et d'agriculteurs qui considéraient la forêt comme un endroit à y jeter leurs déchets »

«Le verre, les carreaux, les bouteilles, des objets encore plus inhabituels comme des clés et des ongles géants faits à la main. Tous ces éléments ont trouvé leur place dans certains travaux. Le matériel que j'ai utilisé me semblait avoir un lien particulier qu'avec l'histoire du lieu et du village local de La Colle Sur Loup »

 

«Je ne pense pas que l'œuvre soit vraiment à l'aise dans son environnement jusqu'à ce que la nature commence à le récupérer. Cela devient moins une partie de moi et plus une partie de la nature »

«Je travaille dans un environnement« vivant » qui change constamment. Vous êtes témoin à la fois de la croissance et de la mort de toutes les plantes et arbres. C'est lent mais plus vous passez de temps dans la nature, plus vous reconnaissez ce mouvement constant "

«Les galeries seraient un endroit mort pour moi. Mes galeries sont des espaces de vie qui vous offrent des expériences de changement de lumière, d'odeurs et de sons. J'espère continuer à travailler dans les forêts sauvages et les endroits qui sont souvent laissés à l'abandon et / ou abandonnés »

Byles a déclaré que le plus grand défi était de «travailler tous les jours de façon autonome pendant plus d'un an. Je suis une personne très sociale mais en peu de temps, j'ai commencé à apprécier et à vraiment savourer les longues journées seules dans la nature »

Source: ArtFido

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés